La petite histoire... – UNCOUTURE

La petite histoire...

Marché Saint Pierre

 « La porte battante du magasin mythique laisse apparaître puis entrer la petite fille de huit ans. L’imposant rayonnage de rouleaux disposés les uns sur les autres à perte de vue ne l’impressionne pas du tout, elle connaît bien le lieu.

Déterminée, elle grimpe les trois étages pour se diriger vers les sergés, ces cotons épais et texturés au tissage si caractéristique.

Elle passe devant les rouges, les gris, les mauves puis s’arrête devant les blancs.
Tous les rouleaux sont alignés. La fillette caresse avec concentration chacun d’entre eux pour arrêter son choix. Elle réfléchit et semble totalement dans sa bulle.

Machine Singer 1954

Une vendeuse amusée se rapproche.
« Tu cherches quelque chose en particulier ?
- Oui. C’est pour confectionner un pantalon. Je veux du blanc mais une épaisseur et une texture bien précise. Je l’ai dans la tête…
- c’est pour ta poupée ?
- non c’est pour moi.
-..mais ta maman va t’aider pour coudre ?
- non, elle n’est même au courant que je suis là. J’ai dessiné le patron et je sais exactement le métrage dont j’ai besoin.
- impressionnant dis moi … et tu vis dans le quartier ?
- non à Versailles.
- mais tu es venue avec quelqu’un quand même ?
- non en métro, toute seule, j’avais mes sous, j’ai pris mon ticket, maman ne voulait pas m’acheter de pantalon blanc donc j’ai décidé de me le fabriquer »

Université Paris V

….Dix ans plus tard.

L’amphithéâtre de la fac de droit est plein à craquer. Les élèves discutent bruyamment en sortant leurs affaires. Le professeur fait son entrée et dépose l’imposant code civil sur le pupitre central. Le silence se fait progressivement en vue de son imminente prise de parole lorsqu’au fond de la salle, la porte battante en bois se met à grincer..

Une ado entre discrètement et descend les innombrables marche

s pour atteindre les dernières places libres au premier rang. Etrangement, elle ne cherche pas la discrétion et regarde si elle capte l’attention générale.

Sa tenue est singulière ; une jupe jaune vif drapée sur la hanche qui recouvre de moitié la naissance d’un chemisier précis en cuir sombre. Son allure ne colle pas avec l’ensemble des élèves, elle semble sortie du futur, sa tenue contraste totalement avec les pantalons velours, les semelles crêpes et les cols roulés bariolés de ses congénères étudiants.

Complices du moment, certains se mettent à toquer leur bureau de façon régulière pour signifier leur approbation. Progressivement une pluie sonore se fait entendre dans l’amphithéâtre. Tout le monde valide la tenue.

Toile Robe

Le professeur, amusé, visiblement habitué à cette mise en scène, attend que la jeune femme prenne place au premier rang et fait signe aux élèves de faire silence.

«Mlle F est là, nous allons pouvoir commencer. Ca va vous êtes bien installée ? »

La jeune femme rougit et approuve d’un mouvement du menton. Elle semble timide mais rassurée par la réaction de son public préféré. Elle regarde sa jupe, satisfaite ; ce modèle a plu, c’est donc une belle journée qui commence.

 

Lefranc Ferrant et Rochas

Le temps a passé et Béatrice n’a jamais perdu la foi en la création, diverses aventures l’ont menée à pousser éternellement la réflexion sur tout ce qui confère aux femmes d’avantage d’assurance, de force, de glamour, d’élégance et de charisme. En 2003 , Elle lance Lefranc Ferrant et défile en Haute Couture à Paris.

 Elle aime dire qu’elle veut habiller « celles qui prennent la parole », celles qui prennent la parole pour exposer une idée, offrir un témoignage, proposer une expertise, relever un challenge, trouver un nouveau job, attirer l’attention de futurs collaborateurs ou même… séduire… mais toujours avec élégance et sobriété.

La carrière de Béatrice se poursuit, de collaborations en featuring, elle habille les grandes de ce monde, personnalités publiques de la vie politique, du show-business, des médias, du cinéma, et confectionne même une collection pour hommes sur plusieurs saisons. La vie est belle, Béatrice fait ce qu’elle veut et gagne en notoriété dans le monde de la couture.

Néanmoins un jour, un grain de sable vient gripper la machine et une équation insoluble s’impose à elle.

Au moment où elle prépare un déplacement professionnel important, son collaborateur, lui passe un coup de fil rapide pour l’informer du planning.

«…donc en 5 jours, tu vas couvrir 3 pays, assister à un gala, trois réunions, deux cocktails et un déjeuner avec une célébrité, l’emploi du temps est serré, pas le temps d’attendre vos valises à l’aéroport donc tu prends juste une valise cabine ».

Béatrice sort du placard sa petite valise argent, perplexe puis contemple les différentes tenues préparées sur son lit, «… emporter l’essentiel mais surtout ne rien oublier » se dit-elle.

Couture Sketch

Plus tard dans l’avion vers Rio, Béatrice griffonne au dos de son billet d’embarcation cette fameuse équation qui la titille et qu’elle tient absolument à résoudre depuis la veille. 

Elle écrit :

(matière infroissable + pièces combinables + compatibles/ baskets et boots + allure glam ET singulière + style unique DONC remarquable) - sans - ( l’effet uniforme/ l’aspect panoplie de business / les couleurs mornes du classique / l’invisibilité du basique) … et surtout SANS susciter l’indifférence au sein d’une assemblée + French Style + être statement + imposer le respect = ?

Ce point d’interrogation la ramène immédiatement en enfance à un moment très précis. Ce fameux moment, c’est lorsqu’ elle jouait avec son grand-père à « Qu’est-ce qu’il faudrait inventer ? ».

Le vieux monsieur et la petite fille avaient pris l’habitude de se lancer en alternance des défis fantaisistes autour d’inventions qui pourraient servir et améliorer le quotidien, voire l’humanité, de la plus cocasse à la plus saugrenue ..

Emue mais déterminée, Béatrice comprend à cette seconde précise que sa marque UNCOUTURE vient de naître »

 

Diplômée de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, Béatrice Ferrant, créatrice de mode et femme d’affaires, fait ses armes au sein de maisons de luxe comme Revillon, Frédéric Castel (Dior), Jean Patou, Louis Féraud et Balenciaga, et parcourt le monde, animée par la passion des matières, des formes, des couleurs, et par le désir de créer pour les femmes des vêtements qui les révèlent.

En 2003, elle fonde sa Maison de Couture Lefranc-Ferrant pour magnifier par les courbes et les volumes, toutes les féminités, et pour développer une mode humaine qui procure aux femmes la confiance dont elles ont besoin. La coupe est sophistiquée, appuyée, énergique et les lignes dynamiques, pour une allure sans contrainte. Elle défile pendant plusieurs saisons en tant que membre invitée de la Haute Couture Parisienne parrainée par Alber Elbaz, collabore avec des maisons prestigieuses, françaises Jacques Fath, Ines de la Fressange,…et  asiatiques et reçoit de nombreux prix (Talents de l’Année, Year’s designer du ELLE, Paris Capitale de la Création,..). Proche de ses clientes, elle conseille des garde-robes entières pour les dirigeantes en fonction des agendas et priorités, au sein de sa Boutique de Saint Germain.

En 2015, elle prend la Direction Artistique de Rochas Homme et en initie les Codes. Elle anime des conférences sur le vêtement en entreprise, « The  Path forward » (Accenture),  et intervient régulièrement aux Women’s Summits et Forum. En 2020, elle lance UNCOUTURE, qui conjugue aspirations sociétales, impératifs de durabilité, innovation et couture.